On se sépare tout le temps…


« Ni avec toi, ni sans toi », pourrait être la devise de ces couples en état de précarité perpétuelle. Que se passe-t-il derrière les ruptures à répétition ?

Gianfranco (le prénom a été changé) commence sa séance en me disant :

« En 5 ans de relation, on s’est déjà séparés 1 000 fois. »

Et pourtant, il veut clairement que je l’aide à récupérer son ex petite amie. Bien qu’elle le sous-estime, le maltraite, l’humilie en public, il suffit qu’elle se montre câline une fois sur dix pour qu’il retombe dans le panneau. Alors, quand je cherche à lui faire prendre conscience de son addiction et l’amener à refuser ce cycle infernal, évidemment, il m’en veut.

De quoi souffrent les couples qui n’arrivent ni à vivre paisiblement ensemble ni à se séparer définitivement ? D’une dépendance affective l’un à l’autre. Comme j’en parle dans mon livre Rendez-moi mon ex !, A est le Pac-Man de B. Lequel est son Pac-Gomme attitré. (Rappelez-vous ce jeu vidéo des années 80 qui illustrait un bonhomme rond et jaune prêt à manger les Pac-Gommes de son labyrinthe pour échapper aux fantômes). Dans une relation de dépendance affective, celui qui s’offre en pâture (B, le Pac-Gomme) comble son besoin d’amour et de reconnaissance en nourrissant en permanence le besoin d’amour et de reconnaissance de son partenaire (A, le Pac-Man). Sauf que ce dernier est insatiable ! Ils vivent chacun dans l’illusion qu’ils s’aiment, alors qu’ils ne font qu’entretenir une relation toxique.

En rompant sans cesse, on perd de vue l’intérêt de la relation amoureuse : nous rendre heureux. Nous épanouir. Êtes-vous (ou étiez-vous, si la rupture a eu lieu) heureux dans la relation ? C’est la seule question que vous devez vous poser lorsque vous souffrez.

Je suis heureux, je reste. Je suis malheureux, je pars.

La relation amoureuse fait grandir. Elle est (ou plutôt elle devrait être) là pour ça. C’est sa fonction de nous aider à nous dépasser.

Quand on s’aime réciproquement, on se projette. On veut aller de plus en plus loin avec l’autre. On n’envisage même pas la perspective de début d’une idée d’éventuellement se séparer. Les couples qui tiennent l’un à l’autre n’y pensent tout simplement pas : la projection est un des piliers du couple. Rompre cette projection, c’est rompre l’envie de pérenniser l’union. À quoi sert alors, de vouloir encore récupérer cet ex qui nous fait tant souffrir, si ce n’est pour échapper à la solitude ? Ou pour entretenir notre emprise sur lui ?

La vie nous réserve suffisamment de possibilités de souffrir. Peut-être qu’on devrait s’entraîner à en éviter certaines. Vous ne croyez pas ?

Prune Quellien

Vous rencontrez cette situation et avez besoin d’un conseil personnalisé ? Je vous invite à prendre rendez-vous, nous en discuterons ensemble et envisagerons des solutions.

 

Voir aussi les articles :

Livres et séances de coaching :

Partager cet article

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *