La douce solitude du couple


Vous vous sentez seul(e) dans le couple ? Comment retrouver la plénitude des moments de solitude à deux.

La solitude est inhérente à l’Homme : nous naissons seuls, bien que nous soyons accueillis par une équipée de sages-femmes, nous mourons seuls, même lorsque nous avons la chance de nous éteindre sous le regard protecteur de nombreux proches, et entre les deux nous faisons notre chemin de vie seuls. Seuls ou isolés ?

Il faut bien distinguer la solitude de l’isolement.

La solitude est un état extérieur, quasi géographique : physiquement, je suis seul(e) dans mon appartement, je vais seul(e) à l’anniversaire de mes amis, et je suis même seul(e) à habiter mon corps !

L’isolement est un état intérieur, de l’ordre du ressenti : je me sens seul(e) dans mon appartement, la présence des autres à cet anniversaire me renvoie un désagréable sentiment d’exclusion, je me sens enfermé(e) dans la solitude inexorable de mon corps.

Il en va de même pour notre compagnon (compagne) : il (elle) habite seul(e) dans son corps, mais ressent-il (elle) ce sentiment d’isolement ? Voilà une dimension à respecter. Lui (elle), comme nous tous, nous avons régulièrement besoin de retourner à la racine de notre solitude pour être à nouveau disponible au monde extérieur. Nous avons besoin de liberté et d’autonomie, sans quoi nous n’avons pas assez de ressources pour répondre aux sollicitations du monde. Nous avons besoin de retrouver notre silence intérieur pour regagner le rivage de notre frontière psychique, puis celui de celui (celle) qui nous accompagne.

Aménageons notre espace de solitude

Vous comprenez maintenant pourquoi il se réfugie derrière sa télévision ? Pourquoi elle s’épuise sur un tapis de course ? Pourquoi certains d’entre nous aménagent leurs toilettes comme des salles de lecture ! Ces recours du quotidien sont nos moyens de retourner à notre « sas de décompression » psychique.

Combien de temps accordez-vous à vos retrouvailles propres ? 1 heure par jour, 10 minutes ? Aucun temps, vous êtes trop sollicité(e) par vos enfants, votre travail, vos obligations… et par le bourdonnement de votre cerveau qui vous harcèle de questionnements auxquels vous avez trop peur de répondre ! Et alors, vous demandez à votre amoureux (amoureuse) de répondre à ces questions pour vous. Réellement ! Vous le (la) harcelez de ces questions demeurées sans réponses. De plus, sans prendre la peine de vous demander si c’est le bon moment pour lui (elle) ! Et ensuite, vous vous sentez blessé(e) que votre partenaire se fâche ! Mais ce travail vous incombe !

Bâtissons un pont entre la douceur de ma solitude et la tienne

Responsabilisez-vous, émotionnellement. Commencez par vous consacrer du temps pour « cultiver votre jardin intérieur », cet espace interne destiné à accueillir votre douceur. Consacrez même un lieu à votre solitude (un coin dans votre logement, un café, un atelier de bricolage). Demandez au gentil jardinier qui est en vous (mais se désespère de retrouver du travail!), de faire grandir les pousses de bienveillance, de créativité, d’amitié, qui attendent un peu de votre eau pour croître.

Commencez par vous. Ensuite, vous inviterez l’élu(e) de votre cœur à jardiner tous les deux. Il ne le fera que s’il est motivé à le faire. Ne le forcez pas, il viendra tout seul, à son rythme. Le jardinage prendra la forme d’une recette de cuisine à faire ensemble, d’une marche douce en forêt, d’une matinée à lire les journaux l’un avec l’autre, à seulement interrompre votre lecture commune pour partager quelques nouvelles, et retourner au silence apaisant de ce moment partagé ensemble.

Prune Quellien

Mini Prune HomeVous vous retrouvez dans cet état d’isolement amoureux ? Peut-être que je peux vous aider ? Voici comment prendre rendez-vous.

 

eBooks  :

Voir aussi les articles :

Partager cet article