Le crève-coeur de la saint Valentin


La Saint-Valentin vous meurtrit ? Rappelez-vous tout ce qu’elle vous évite.

Chaque 14 février, nous y avons droit : déluge de petits cœurs et de déclarations toutes plus sucrées les unes que les autres : bienvenue dans le monde merveilleux de la Saint-Valentin !

Mais que fait la Saint-Valentin ? Elle rappelle aux uns de tenir à leur couple et aux autres de s’y mettre ! Elle nous dit « Soyez en couple ! » La plupart aimeraient bien, mais voilà, ça ne se passe pas exactement selon leur désir.

« Je ne suis pas en couple, parce que j’ai été quitté(e) »

Parmi ceux qui aimeraient bien être en couple mais ne le sont pas, se trouvent tous ces hommes et toutes ces femmes à qui la Saint-Valentin rappelle qu’ils ont été aimés. Pour eux, le 14 février remue le couteau dans la plaie.

« Merci de me rappeler que je suis tout(e) seul(e). C’est sympa. »

À ceux-là, je dirais ne comparez pas ce qui n’est plus comparable. À l’époque où vous étiez à deux, la Saint-Valentin était-elle à chaque fois une vraie fête ? Ne vaut-il pas mieux laisser filer un amoureux (une amoureuse) qui nous rendait malheureux (malheureuse) ? Même si le 14 février qui suivra, nous ne le fêterons pas.

« Je ne suis pas en couple, parce que je n’ai pas rencontré l’amour »

À ceux-là, on dit « C’est parce que vous ne cherchez pas ! Bougez-vous ! Allez sur des sites de rencontre Internet ! Quand on veut, on peut ! »

Et vous n’aviez pas envie ? Et si vous n’étiez pas prêt ? Vous avez le droit. Vous n’êtes pas obligé de répondre à cette obligation, sous prétexte que tout le monde se rencontrerait sur Internet. Oui, il y a beaucoup de rencontres sur Internet (j’en ai écrit un livre, Rencontre en ligne : mode d’emploi) et beaucoup de déceptions, aussi. Les rencontres sur Internet sont un vrai business. Si chacun y trouve son bonheur, tant mieux ! Mais rien ne vous oblige à vous y mettre.

« Je ne suis pas en couple, parce que je n’ai pas envie »

On vous dit égoïste, « adulescent », « irresponsable », « cœur de pierre ». Et si rien de tout ça n’était vrai ? Et si la vie de couple ne vous faisait pas ou plus envie ? Et si vous aviez peur d’être envahi(e), de n’être pas aimé(e), de ne pas ou plus savoir aimer ?

Ça n’est pas que vous êtes contre, dans l’absolu. Mais vous constatez que personne ne vous motive. Par expérience, n’avez pas ou plus envie de vous engager en amour durable. Et on vous fait comprendre « C’est mal ! Tu es anormal ! » Pourtant, vous n’allez pas vous engager avec quelqu’un qui vous déplait, vous ennuie ou vous gâche la vie sous prétexte qu’il faudrait vous « caser » ! En revanche, si vous avez peur, posez-vous la question « De quoi ai-je peur ? » Là, ça vaut le coup de la dépasser pour ne pas passer à côté de la personne qui vous rendre plus heureux que vous ne l’êtes aujourd’hui. Pas l’être Providentiel, mais un bon compagnon, une bonne compagne. Ça, oui, c’est possible. Prenez le temps dont vous avez besoin.

Prune Quellien

Mini Prune HomeCet article fait écho à votre histoire, mais des questions restent en suspens ? Vous pouvez prendre rendez-vous avec moi.

 

eBooks :

Voir aussi les articles :

Partager cet article