« J’ai envie de vivre ! » Après l’affirmation de soi, la renaissance.


Quand on a passé des années à s’effacer derrière son couple, on peut avoir envie de s’écrier « vive la libération ! »

Damien a 38 ans. 10 ans de mariage tourmenté et des années de dépression en dépit d’une femme aimée et d’un couple solidaire. Un jour, il s’entend lui dire « On va arrêter ». Nicole a 51 ans, dont 21 à aimer un homme qui la confond avec sa femme de ménage arrive aujourd’hui au bout du bout du rouleau. Quel est leur point commun ? Tous les deux ont fini par me dire : « J’ai envie de vivre ! » Chouette !

« Un jour, j’ai compris »

Nicole et Damien ont aussi un autre point commun : ils ont un conjoint à très fort caractère. Et pour peu qu’on ait tendance à ne rien dire de peur d’être mangé(e) tout(e) cru(e), on a vite fait de s’effacer complètement. Jusqu’au jour où un déclic se produit. Ce peut être un film, une phrase lue quelque part ou entendue au détour d’une conversation, la réflexion de quelqu’un, un simple mot ou un livre en entier, mais maintenant qu’on a changé de point de vue, on ne voit plus rien de la même façon. Et on n’est plus prêt à tout accepter.

« Je n’ai plus peur de m’affirmer… enfin, je crois ! »

Oui, c’est difficile de dire :

« Stop ! le modèle de couple que tu me proposes ne me convient plus »

quand on s’y conforme depuis toujours. Mais, si chacun de nous change et que nos changements internes bouleversent l’équilibre (même inconfortable) de la relation, avons-nous d’autre choix que de nous affirmer face à celui (celle) qui partage notre vie ? En tout cas, si nous voulons continuer à nous épanouir !

S’affirmer revient à poser un cadre très clair : au-delà de cette limite ton ticket n’est plus valable, comme dirait Romain Gary. Mais ça fait peur.

« Que se passera-t-il si mon conjoint s’emporte ou qu’il se moque de moi parce que j’aurais dit stop ? »

Il se passera qu’il (elle) faudra bien qu’il (elle) s’adapte. À moins qu’il (elle) ne trouve un bénéfice à jouer à l’empêcheur (l’empêcheuse) de tourner en rond ? Mais cela, ce n’est pas votre affaire. Votre affaire, c’est de conduire au mieux votre vie. Si possible avec quelqu’un qui vous accompagne de tout son amour. Sinon, avec l’estime de soi.

Vous me direz que ça vous fait une belle jambe ? Pensez à ce que vous avez à gagner : dignité, sentiment d’être intègre, respectable, fort(e). Ne vaut-il pas mieux vivre en pleine possession de ses moyens que guidé par quelqu’un qui nous dicte quoi faire, quoi dire, limite quoi penser ? Pensez aussi que l’affirmation de soi est une posture inspirante pour autrui, et potentiellement attirante pour votre conjoint s’il (elle) se décide à son tour à réviser son attitude.

Prune Quellien

Mini Prune HomeCet article fait écho à votre histoire, mais des questions restent en suspens ? Vous pouvez prendre rendez-vous avec moi.

 

eBooks :

Voir aussi les articles :

Partager cet article