« Tu ne voudrais pas faire la vaisselle ? » Pourquoi parler indirectement marche un coup sur deux.


Votre conjoint s’agace dès que vous lui demandez quelque chose ? C’est peut-être que vous demandez mal.

Ah, si seulement nous étions des animaux ! Nous communiquerions avec des gestes, des bruits, des cris et des odeurs. Mais non : nous sommes des humains et nous savons parler. En tout cas, nous connaissons des mots… et c’est parfois bien là notre drame !

C’est un message ou un métamessage ?

Imaginons une scène classique du conflit homme/femme. Que se passe-t-il quand un couple se trouve sur la route des vacances et qu’au bout d’une demi-heure la femme dit à son conjoint :

« Tu dois t’arrêter pour prendre de l’essence ? » 

Il risque de lui répondre tout simplement que non, il a pris la précaution de faire le plein avant de partir, justement pour éviter de perdre du temps inutilement. À moins que, la connaissant, il lui rétorque tout-de-go :

« Déjà ! Mais pourquoi tu n’es pas allée avant ? »

Le métamessage, c’est la façon détournée (ou tordue, selon notre degré d’exaspération) de dire :

« Arrête-toi dès que tu pourras, j’ai envie d’aller aux toilettes »

C’est vrai que certaines circonstances nous encouragent à avoir recours aux figures de style plutôt qu’à la réalité toute crue. Mais à force de vouloir arrondir les angles, on peut vite déraper et se retrouver empêtrés dans un dialogue plein de malentendus (mal entendus). Voilà pourquoi l’abus de métaphores est mauvais pour la santé du couple, tout comme l’usage de l’ironie, qui peut faire mal à la longue. Comme tout, sachons doser.

Les hommes et les femmes parlent-ils le même langage ?

Changeons de contexte et imaginons maintenant que vous soyez chez vos beaux-parents en train de passer une longue journée interminable et que vous disiez à votre compagne, devant ses parents :

« Tu es fatiguée chérie ? On va y aller. »

Alors qu’elle est en pleine forme et s’amuse avec ses petits neveux. Il est probable qu’une fois dans la voiture elle vous reproche de ne pas assumer votre ennui et qu’elle vous dise :

« Tu es vraiment de mauvaise foi ! La prochaine fois que tu t’ennuies chez mes parents, je préfère que ne te serves pas de moi ! »

Les formulations alambiquées pour éviter de dire ce que nous avons à dire sont-elles l’apanage des femmes ? D’après la linguiste Deborah Tannen, (auteure notamment de Si je dis ça, c’est pour ton bien et Décidément, tu ne me comprends pas) si les hommes ont en majorité davantage besoin de précision, ils ne sont pas pour autant étrangers au fait de livrer des messages indirects. « D’une part, parce que les différences culturelles comptent. […]. Par ailleurs, influence culturelle ou singularité personnelle, certaines filles reprochent à leur mère de ne pas être plus directe. »

Hommes – Femmes : égalité, la balle au centre ! Du coup, tu voudrais bien faire la vaisselle Chéri, j’ai les mains pleines de cambouis ?

Prune Quellien

Mini Prune HomeCet article fait écho à votre histoire, mais des questions restent en suspens ? Vous pouvez prendre rendez-vous avec moi.

 

eBooks :

Voir aussi les articles :

 

Partager cet article