Comment vivre une relation à distance


Les kilomètres séparent votre couple : faut-il tenir le coup ou lâcher prise ?

On a tous connu les au revoir de fin de vacances, ces moments déchirants où l’on doit se séparer de son amoureux(se) parce qu’il (elle) vit loin de soi. Sauf que certains couples décident de tenter l’expérience de l’amour à distance. Et puis, avec les applis mobiles qui permettent de s’appeler pour trois fois rien, Skype qui offre de se voir sans payer, facebook, les voyages low cost… on se dit « c’est possible ». Oui, c’est possible, mais c’est compliqué. Et très vite, les complications prennent le pas sur le plaisir d’amour. À moins de tenter l’aventure de vivre ensemble.

Quand on s’est rencontré, c’était le coup de foudre

Dans un pays étranger (pour son amoureux ou soi-même), tout est par définition différent : autre culture, autres mœurs, autres paysages, autres conditions de vie… et c’est justement ça qui est bien ! Loin des obligations, on peut se réinventer une autre existence, s’imaginer qu’on est un(e) autre dans un autre espace. Alors, on rencontre un amour, on se parle de nos différences et on se trouve mille et un points communs. Tout est formidable, on y croit, c’est « la bonne personne » ! Pourquoi pas ? Tentons l’expérience !

Pour voir ce que donnera la relation, il va falloir plonger cet amour dans le bain de la réalité. Celle-là même qu’on a fui pour prendre un grand bol d’air frais (ou plutôt un grand bol de soleil brûlant).

Mais, voilà le hic : comment apprécier la réalité quand on l’appréhende ? Comment se projeter dans le quotidien quand on est persuadé que sans passion, rien n’est bon ? C’est là-dessus qu’il faut travailler.

Prenons un autre exemple.

On s’est rencontrés sur Internet, mais on vit à distance

Sur Internet, forte est la tentation de se montrer sur son meilleur jour dans le but d’accrocher quelqu’un qui nous trouvera différent… et nous aimera comme nous sommes (c’est le but, quand même !) Pour plaire à cet être hypothétique, nous sommes prêts à tous les maquillages.

Certain(e)s vont dire qu’(ils/elles) ne sont pas sûr(e)s de vouloir un enfant alors qu’(ils/elles) en crèvent d’envie, d’autres joueront les Indiana Jones alors qu’ils adorent passer leurs journées à buller en chaussons, etc.

Là aussi, que voulons-nous ? Vivre un amour réconfortant, sécurisant, épanouissant ou une aventure qui tapissera nos journées de points d’interrogation ? Que se passera-t-il si on dissimule nos désirs à la personne qui est en face de nous, et qui est peut-être la « bonne personne » ? On prendra le risque de passer à côté. Ou on perdra son temps.

Apprendre à renoncer à une relation qui fait souffrir

Vivre loin de la personne qu’on aime est, en soi, une souffrance. La voir s’éloigner de soi est encore pire : un désaveu. On se sent trahi. On se dit que notre belle histoire devient banale, alors on lutte seul(e) de toutes nos forces pour la repeindre de rose.

C’est tout le contraire qu’il faut faire. Il faut savoir dire ce qui nous déplaît, ce qui nous contrarie. Et le dire fermement. Mais au moment où j’écris ça, vous pensez :

« Mais si je lui dis ce qui me déplaît, il (elle) va raccrocher, se faire rembourser son billet d’avion… et me quitter !? »

Peut-être. Mais, encore une fois, que voulons-nous ?

Si on veut être heureux en amour, il faudra renoncer à ceux qui font entrave à ce projet de toute une vie. On a toujours plus à gagner à lâcher des amours malheureuses, car ce renoncement nous conduit à s’aimer soi-même… et à rencontrer plus vite quelqu’un qui saura nous reconnaître.

Être heureux est un but, mais c’est aussi une pratique. Allez, au travail !

Prune Quellien

Mini Prune HomeCet article fait écho à votre histoire, mais des questions restent en suspens ? Vous pouvez prendre rendez-vous avec moi.

 

Livres et eBooks :

Voir aussi les articles :

 

Partager cet article