Bon chéri(e), on se parle ou on communique par SMS ?!


Aïe, aïe, aïe ! Ces petits textos qui sont si doux quand ils parlent d’amour peuvent vite contenir des épines. Voyons les avantages, les limites et les bons usages de la communication par SMS.

Avantages des SMS dans la relation amoureuse

Pratiques pour entamer une relation

Ça a commencé par un « tu me donnes ton 06 ? » et s’est poursuivi par un échange simple, sur un mode léger : les textos permettent de se dire qu’on aimerait bien se revoir et se donner rendez-vous. En quelques messages, on peut connaître le niveau de langage de celui ou celle qui nous séduit, plus quelques informations sur son statut familial (séparé(e) ou non, avec ou sans enfants, etc.), son lieu de vie ou sa disponibilité au quotidien.

Pour celles et ceux qui sont allergiques aux fautes de syntaxe et à la communication bâclée de type « Sa va ??? lol (+ une tonne de smileys) », un seul texto suffit à être fixé. Bref, pratique pour savoir si on commence sur la même longueur d’ondes.

Charmants pour entretenir l’attirance

Quelques mots spontanés pour traduire une pensée vers la personne que l’on aime, une photo, un smiley : cet aspect, tout le monde le connaît et il n’est pas négligeable. Bien qu’on puisse entretenir l’amour et le désir autrement et que les SMS ne suffisent pas à faire une relation.

Parfaits pour dire ce que l’on ressent sans être interrompu

Un désaccord avec votre partenaire vous a empêché de vous exprimer comme vous auriez souhaité ? Vous souhaitez exprimer vos regrets suite à une dispute ? Une vingtaine de mots assertifs (qui vous permettent de vous affirmer sans agresser l’autre) peuvent suffire à désamorcer le conflit. Vous ne savez pas comment être assertif ? Je peux vous aider.

Le but est que vous vous puissiez en reparler posément ensemble et que ce désaccord surmonté consolide un peu plus la relation.

Limites des SMS dans la relation amoureuse

Dangereux quand ils sont compulsifs

La personne que vous aimez ne répond pas aussi vite que vous le souhaiteriez ? Plus les minutes passent et plus vous vous sentez blessé(e) par ce silence ? Or, plutôt que chercher à comprendre ce qu’il se passe en vous (pourquoi je me sens insécurisé(e) ?), vous commencez à vous inquiéter inutilement, vous imaginez toute sortes de situations, vous psychotez. Et là, que se passe-t-il ? Vous envoyez un texto désagréable. Puis un autre. Puis un autre. Et chaque texto envoyé alimente votre malheur.

Au lieu de vous livrer à un comportement que vous fait du tort, éteignez votre portable (éteignez-le complètement) et dites-vous que les gens qui vous aiment vous suivront. En revanche, ceux que vous faites fuir vous fuiront effectivement, car personne n’aime être agressé pour une faute qu’il n’a pas commise. Si vous n’arrivez pas comprendre pourquoi vous êtes comme ça, je peux vous aider aussi dans ce sens. C’est probablement une question autour de la dépendance affective.

Peuvent masquer nos émotions

Les textos sont un bon moyen de « faire comme si ». Avec un smiley qui rit aux larmes, on peut faire croire qu’on est au top, alors qu’on est malheureux comme les pierres. Le problème, c’est que la personne avec qui on échange ces messages n’a aucun moyen de savoir que l’on simule. Elle continue donc à rire avec nous, jusqu’à ce qu’elle dise quelque chose que nous irrite (de simples points de suspension peuvent suffire…) et fasse tourner le joyeux échange en conversation lugubre.

Si vous n’êtes pas d’humeur à répondre au téléphone, abstenez-vous le temps de comprendre ce qui vous met dans cet état – même si cela doit prendre deux jours entiers – et laissez retomber votre colère.

Si cela vient d’un mauvais comportement de votre conjoint, votre amoureux ou votre partenaire, faites-lui part de votre ressenti fermement, mais sans l’agresser ni transmettre votre anxiété. Pour cela, suivez la règle d’or : jamais de reproches, commencez vos phrases par « je ». C’est la base de la communication non violente, appelée aussi CNV, que je transmets aussi lors de mes coachings.

Risqués pour qui sait mal manier le verbe

Vous avez tendance à vous enflammer et à reprocher à l’autre tous vos malheurs ? Abstenez-vous de passer par les textos pour vous exprimer ! Toutefois, il faudra apprendre à communiquer autrement, car il y a fort à parier que vous fassiez de même à l’oral.

Prune Quellien

Cet article fait écho à votre histoire ? Vous pouvez prendre rendez-vous pour une séance par téléphone, Skype, ou au cabinet à Paris.

 

Liens utiles :

Voir aussi les articles :

Partager cet article